Documents  CRISIS | enregistrements trouvés : 3

O
     

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

U V

CRISIS


V

- 79 p.

Synthèse de l'enquête : La leçon que l'on peut tirer de cette enquête est que les personnes qui ont été sensibilisées aux risques technologiques au cours de la campagne du printemps 89 ont été en quelque sorte mises en condition et prêtes à réagir grâce à l'information qu'elles avaient reçue au préalable. Il faut ajouter que cette attitude d'état d'alerte a été surtout sensible chez celles qui ont à la fois reçu la plaquette et entendu l'explosion. En revanche, ceux qui n'ont pas eu la plaquette ont eu tendance à banaliser l'accident sur le moment.
Le premier effet bénéfique de la campagne est donc que l'accident a retenu l'attention du public. Cet éveil s'est traduit par une prise de conscience du danger qui s'est soldé par une recherche active d'informations. Afin de mieux décoder la réalité et surtout de disposer d'éléments de compréhension permettant d'anticiper l'évolution éventuelle des faits, la population s'est mise à l'écoute des médias ou a essayé de s'informer auprès des ouvriers de l'usine. Son attente d'informations a été en partie déçue. Les avis restent, en effet, très partagés sur la crédibilité des comptes rendus de l'événement qui ont été jugés un peu superficiels.

L'accident de Berre l'Etang a montré, comme d'autres, la nécessité de réfléchir à des procédures d'information du public "en temps réel" afin de le tenir au courant, minute par minute, de l'évolution des événements. Il a permis de mettre en évidence l'importance d'une communication de proximité, par les pompiers ou les autorités, grâce entre autres, à l'usage de haut-parleurs. Et en ce qui concerne le type d'informations à donner, il a confirmé la nécessité pour les populations de pouvoir bien identifier le degré de gravité de l'accident ainsi que ses modalités éventuelles d'évolution afin de pouvoir se préparer à réagir en cas de nécessité. L'échelle de gravité contenue dans la plaquette d'information est une base de réflexion qui peut être approfondie. Mais cet accident a surtout montré qu'il faut persévérer dans l'effort d'information entrepris. Le CYPRES, (centre régional d'information du public sur les questions d'environnement et de sécurité industriels) conçu à cet effet, travaille dans ce sens.
Synthèse de l'enquête : La leçon que l'on peut tirer de cette enquête est que les personnes qui ont été sensibilisées aux risques technologiques au cours de la campagne du printemps 89 ont été en quelque sorte mises en condition et prêtes à réagir grâce à l'information qu'elles avaient reçue au préalable. Il faut ajouter que cette attitude d'état d'alerte a été surtout sensible chez celles qui ont à la fois reçu la plaquette et entendu ...

Recherche ; Berre-l'Etang ; Enquête ; Communication de crise ; Risque industriel ; Information des populations ; Centre d' Information du public pour la Prévention Risque majeur ; Accident technologique ; SHELL ; Explosion ; Sécurité ; Alerte des populations ; Campagne d'information

... Lire [+]

V

- 112 p.

En complément de l'évaluation technique des dangers spécifiques aux usines à "haut risque", la directive Seveso impose aux pouvoirs publics et aux industriels d'informer les populations sur les consignes d'urgence qu'elles doivent appliquer en cas d'accident industriel grave. Portant sur près de 1.400 personnes, une enquête a été menée sur la Communauté Urbaine de Lyon au cours des mois de juin, septembre et octobre 1990.
Trois groupes ont été distingués :
Groupe Risque ++ : personnes habitant une zone industrielle et susceptibles d'être affectées par un accident technologique majeur ; 695 personnes, soit une centaine dans chacune des communes suivantes : Feyzin, Saint Fons, Oullins, Lyon 71, Pierre Bénite, Genay et Neuville.
Groupe Risque + : personnes habitant près d'une zone industrielle et susceptibles d'être partiellement affectées par un accident technologique majeur; 351 personnes sur les communes suivantes : La Mulatière, Lyon 8' et Vénissieux.
Groupe Témoin : personnes habitant en dehors d'une zone industrielle, 340 personnes soit à Lyon, soit dans la banlieue.
En complément de l'évaluation technique des dangers spécifiques aux usines à "haut risque", la directive Seveso impose aux pouvoirs publics et aux industriels d'informer les populations sur les consignes d'urgence qu'elles doivent appliquer en cas d'accident industriel grave. Portant sur près de 1.400 personnes, une enquête a été menée sur la Communauté Urbaine de Lyon au cours des mois de juin, septembre et octobre 1990.
Trois groupes ont été ...

Risque industriel ; Accident technologique ; Enquête ; Information des populations ; Intercommunalité ; Communication de crise ; Risque technologique ; DIRECTIVE SEVESO 1 ; Lyon

... Lire [+]

V

Etude statistique de l'impact des plaquettes d'information du public sur les risques technologiques distribuées dans le cadre de l'application de la directive SEVESO en France.

DIRECTIVE SEVESO 1 ; Communication de crise ; Information préventive ; Risque industriel

... Lire [+]

Mes paniers
Aucun panier créé

0


Z