Documents  Le Point sur | enregistrements trouvés : 30

O

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q

U V

4 pages ; Données de l'environnement

IFEN
5 route de l'Olivet - BP16105
45061 ORLEANS
Cedex 2

02 38 79 78 78

02 38 79 18 70

diffusion@ifen.fr


V

- n° 231

Les politiques publiques en faveur de l'usage du vélo ont dopé la pratique du vélo pour les déplacements du quotidien en zone urbaine. Leur bilan socioéconomique est positif. Le principal avantage de ces politiques pour la société réside dans l'amélioration de la santé qui résulte de la pratique du vélo. Le vélo peut ainsi être un atout au sein d'une politique de déplacements urbains, en particulier s'il complète l'offre de transport en commun notamment dans les situations où ce dernier n'est pas pertinent. Les politiques « vélo » n'ont toutefois pas détourné massivement les automobilistes de l'usage de la voiture et le partage de la voirie reste un enjeu. Plus globalement, ces éléments plaident en faveur d'une prise en compte coordonnée des différents modes de transport au sein d'une politique globale de transport.
Les politiques publiques en faveur de l'usage du vélo ont dopé la pratique du vélo pour les déplacements du quotidien en zone urbaine. Leur bilan socioéconomique est positif. Le principal avantage de ces politiques pour la société réside dans l'amélioration de la santé qui résulte de la pratique du vélo. Le vélo peut ainsi être un atout au sein d'une politique de déplacements urbains, en particulier s'il complète l'offre de transport en commun ...

Mobilité urbaine ; Politique de l'environnement

... Lire [+]

V

- n° 213 - 4 p.

Parmi les différentes questions environnementales, le changement climatique est le premier sujet de préoccupation des Français. Ce risque s'avère cependant difficile à appréhender de manière concrète. Interrogés pour savoir quelles conséquences les changements climatiques pourraient avoir pour eux à l'avenir, un quart des Français n'ont pas idée des impacts potentiels. Par ailleurs, 15 % jugent que cela n'aura pas d'effet négatif à leur échelle. Au premier rang des conséquences redoutées, les phénomènes météorologiques extrêmes et les problèmes de santé induits par le changement climatique devancent les impacts territoriaux et la dégradation des conditions de vie.
Parmi les différentes questions environnementales, le changement climatique est le premier sujet de préoccupation des Français. Ce risque s'avère cependant difficile à appréhender de manière concrète. Interrogés pour savoir quelles conséquences les changements climatiques pourraient avoir pour eux à l'avenir, un quart des Français n'ont pas idée des impacts potentiels. Par ailleurs, 15 % jugent que cela n'aura pas d'effet négatif à leur échelle. ...

Changement climatique

... Lire [+]

V

- n° 211 - 4 p.

La qualité de l'air poursuit une amélioration amorcée il y a plusieurs années. Les concentrations moyennes de polluants diminuent et les dépassements des seuils réglementaires pour la protection de la santé concernent moins de zones. Ces progrès sont notamment le fruit des efforts menés pour réduire les émissions, qui sont d'autant plus difficiles que les sources de pollution sont nombreuses et variées. Ces améliorations sont cependant fragiles car elles dépendent pour partie des conditions météorologiques. L'année 2014 est ainsi marquée par un important épisode de pollution aux particules. En outre, ces progrès sont insuffisants pour que la France respecte pleinement la réglementation européenne, à l'instar d'autres pays européens.
La qualité de l'air poursuit une amélioration amorcée il y a plusieurs années. Les concentrations moyennes de polluants diminuent et les dépassements des seuils réglementaires pour la protection de la santé concernent moins de zones. Ces progrès sont notamment le fruit des efforts menés pour réduire les émissions, qui sont d'autant plus difficiles que les sources de pollution sont nombreuses et variées. Ces améliorations sont cependant fragiles ...

Qualité de l'air ; France

... Lire [+]

V

- n° 112 - 4 p.

Globalement, la qualité de l'air des villes de France s'améliore. L'indice de pollution de l'air calculé par l'Ifen résume l'évolution des concentrations de quatre polluants (ozone, dioxydes de soufre et d'azote, particules fines) dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants. Il montre une stabilité de la qualité de l'air en 2000-2002, suivie d'une détérioration en 2003 et d'une amélioration en 2004 et 2005. Cette évolution résulte à la fois d'une tendance à la baisse des émissions et des effets des conditions météorologiques. Elle est variable suivant les polluants et les villes. Ainsi l'ozone est le seul des polluants pris en compte qui n'évolue pas à la baisse sur la période 2000-2005, une pollution que le réchauffement climatique risque de renforcer. [Résumé IFEN]
Globalement, la qualité de l'air des villes de France s'améliore. L'indice de pollution de l'air calculé par l'Ifen résume l'évolution des concentrations de quatre polluants (ozone, dioxydes de soufre et d'azote, particules fines) dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants. Il montre une stabilité de la qualité de l'air en 2000-2002, suivie d'une détérioration en 2003 et d'une amélioration en 2004 et 2005. Cette évolution résulte à la ...

Pollution de l'air ; Qualité de l'air ; Pollution urbaine ; Pollution automobile

... Lire [+]

V

- n° 115 - 4 p.

Le mode de vie et la consommation des ménages influent sur les émissions de gaz à effet de serre. Une adaptation ou une modification des comportements de chacun peut contribuer à la réduction des émissions, sur la voie d'une division par 4 des gaz à effet de serre émis en France d'ici 2050. Le logement et le véhicule particulier offrent les plus gros potentiels de réduction dans leur utilisation quotidienne et surtout au moment d'investir en profitant des incitations fiscales. Un ménage peut aussi orienter ses choix de consommation vers des produits ayant nécessité moins d'énergie pour leur fabrication et leur distribution ou moins énergivores dans leur utilisation. [Résumé IFEN]
Le mode de vie et la consommation des ménages influent sur les émissions de gaz à effet de serre. Une adaptation ou une modification des comportements de chacun peut contribuer à la réduction des émissions, sur la voie d'une division par 4 des gaz à effet de serre émis en France d'ici 2050. Le logement et le véhicule particulier offrent les plus gros potentiels de réduction dans leur utilisation quotidienne et surtout au moment d'investir en ...

GAZ A EFFET DE SERRE ; Pollution de l'air ; Energie

... Lire [+]

V

- n° 114 - 4 p.

Les routes ont des impacts sur l'environnement amplifiés par la circulation des véhicules qui les empruntent. La construction et l'entretien des route absorbent la moitié de la production nationale annuelle de granulats. Un tiers des déchets routiers, essentiellement inerte, est mis en décharge. La circulation mais aussi les travaux routiers contribuent aux émissions de CO²&s. Le réseau routier provoque une fragmentation des écosystèmes : les liaisons routières principales divisent par deux et demie la taille moyenne des zones d'intérêts écologiques.
Les routes ont des impacts sur l'environnement amplifiés par la circulation des véhicules qui les empruntent. La construction et l'entretien des route absorbent la moitié de la production nationale annuelle de granulats. Un tiers des déchets routiers, essentiellement inerte, est mis en décharge. La circulation mais aussi les travaux routiers contribuent aux émissions de CO². Le réseau routier provoque une fragmentation des écosystèmes : les ...

Impact sur l'environnement ; DIOXYDE DE CARBONE

... Lire [+]

V

- n° 11 - 4 p.

Le réchauffement climatique ou la pollution de l'air sont les risques auxquels les Français se sentent le plus exposés. Suscitant moins d'inquiétude, les risques industriels, sismiques ou d'inondations sont cités par moins d'une personne interrogée sur cinq. Le sentiment d'exposition à ces trois risques dépend fortement de la situation locale d'exposition. La perception des risques est plus prégnante dans les grandes villes, là où se concentrent des atteintes potentielles aux personnes et aux biens économiques, et de nombreuses sources de pollution.
Le réchauffement climatique ou la pollution de l'air sont les risques auxquels les Français se sentent le plus exposés. Suscitant moins d'inquiétude, les risques industriels, sismiques ou d'inondations sont cités par moins d'une personne interrogée sur cinq. Le sentiment d'exposition à ces trois risques dépend fortement de la situation locale d'exposition. La perception des risques est plus prégnante dans les grandes villes, là où se concentrent ...

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ; Pollution de l'air ; Enquête ; Perception du risque ; Cancer

... Lire [+]

V

- n° 175 - 4 p.

Cet article montre que le coût économique de la mortalité et de la morbidité dus aux effets de la pollution atmosphérique sur la santé est élevé pour la collectivité. Il fait ressortir l'importance de la lutte contre cette pollution et de la mise en place de normes limitant les émissions polluantes des véhicules routiers.

Pollution de l'air ; Economie ; Pollution automobile

... Lire [+]

V

- n° 176 - 4 p.

Cet article détermine le coût pour le système de soins qu'entraine la pollution atmosphérique, générant des maladies de l'appareil respiratoire. Il distingue, d'une part, les coûts liés à chaque cas des maladies concernées et d'autre part, ce qui est attribuable à la pollution parmi l'ensemble des cas d'une maladie.

Pollution de l'air ; Pathologie

... Lire [+]

V

- n° 116 - 4

Une grande partie des déchets français provient du bâtiment et des travaux publics. La plupart ont un impact direct faible sur l'environnement en dehors de leur transport. Il faut néanmoins gérer leur réutilisation ou destination finale. En provenance
surtout des travaux publics, deux tiers sont réutilisés en remblais ou recyclés en sous-couches routières. La valorisation des déchets
de démolition est freinée par la difficulté de séparer les différents matériaux plus ou moins polluants. Les déchets du BTP contiennent
aussi une petite proportion de déchets dangereux, principalement du bois traité.
Une grande partie des déchets français provient du bâtiment et des travaux publics. La plupart ont un impact direct faible sur l'environnement en dehors de leur transport. Il faut néanmoins gérer leur réutilisation ou destination finale. En provenance
surtout des travaux publics, deux tiers sont réutilisés en remblais ou recyclés en sous-couches routières. La valorisation des déchets
de démolition est freinée par la difficulté de séparer les ...

Plan de gestion des déchets de chantier du bâtiment et des travaux public ; RECYCLAGE

... Lire [+]

V

- n° 187 - 4 p.

D'après une enquête menée par le CGDD, 3 millions de personnes se détournent de l'eau du robinet craignant sa contamination par des résidus de produits agricoles et industriels : 2 millions optent pour l'eau en bouteille et 1 million recourent à des carafes filtrantes. Elles y consacrent 290 millions d'euros par an dans le premier cas et 6 millions dans le second. L'eau du robinet fait pourtant déjà l'objet de mesures et de traitements visant à assurer sa potabilité. Leurs coûts sont estimés par le CGDD entre 600 et 1100 millions d'euros et ils sont portés par l'ensemble de la population via la facture d'eau.
D'après une enquête menée par le CGDD, 3 millions de personnes se détournent de l'eau du robinet craignant sa contamination par des résidus de produits agricoles et industriels : 2 millions optent pour l'eau en bouteille et 1 million recourent à des carafes filtrantes. Elles y consacrent 290 millions d'euros par an dans le premier cas et 6 millions dans le second. L'eau du robinet fait pourtant déjà l'objet de mesures et de traitements visant à ...

Eau potable ; Pollution agricole

... Lire [+]

V

- n° 161 - 4 p.

Les nitrates sont une des principales causes de dégradation de la qualité des eaux souterraines et principalement des nappes phréatiques, plus vulnérables. Ils proviennent essentiellement de pollutions diffuses agricoles et ont causé la fermeture de nombreux captages d'eau potable depuis les années 1990. Un nouvel indice national construit par le Service de l'observation et des statistiques (SOeS) du ministère en charge de l'Écologie donne la tendance d'évolution des teneurs en nitrates dans les nappes, entre 1996 et 2011. Elles augmentent jusqu'en 2004 puis se stabilisent.
Les nitrates sont une des principales causes de dégradation de la qualité des eaux souterraines et principalement des nappes phréatiques, plus vulnérables. Ils proviennent essentiellement de pollutions diffuses agricoles et ont causé la fermeture de nombreux captages d'eau potable depuis les années 1990. Un nouvel indice national construit par le Service de l'observation et des statistiques (SOeS) du ministère en charge de l'Écologie donne la ...

Eau souterraine ; Nitrate ; Eau potable

... Lire [+]

V

- n° 111 - 4 p.

La facture des services d'assainissement des eaux usées et de gestion de déchets a vivement progressé depuis le début des années quatre-vingt-dix. Pour les ménages, ces dépenses de consommation, largement contraintes, sont celles qui ont le plus augmenté. Les entreprises ont davantage de marges de manoeuvre et sont parvenues à mieux contenir ces charges. Depuis 2000, la consommation des uns et des autres progresse moins vite. À l'inverse, l'investissement des producteurs de services s'accélère ; il vise à mieux gérer les pollutions, conformément à la réglementation. Les hausses de tarifs des services collectifs contribuent au financement de ces progrès, peu visibles pour l'usager-consommateur. Les domaines des déchets et de l'assainissement continuent de concentrer l'essentiel des dépenses de protection de l'environnement dont la croissance se rapproche de celle de l'économie nationale, alors qu'elle lui était très supérieure dans les années quatre-vingt-dix. [Résumé IFEN]
La facture des services d'assainissement des eaux usées et de gestion de déchets a vivement progressé depuis le début des années quatre-vingt-dix. Pour les ménages, ces dépenses de consommation, largement contraintes, sont celles qui ont le plus augmenté. Les entreprises ont davantage de marges de manoeuvre et sont parvenues à mieux contenir ces charges. Depuis 2000, la consommation des uns et des autres progresse moins vite. À l'inverse, ...

TRAITEMENT DES EAUX USEES ; ASSAINISSEMENT ; Gestion des déchets ; Pollution de l'eau

... Lire [+]

V

- n° 117 - 4 p.

La consommation domestique d'eau atteint en moyenne 165 litres par habitant et par jour en 2004, pour un prix moyen de 3 euros le m3. Une grande dispersion de résultats existe entre les communes.

Eau ; CONSOMMATION D'EAU ; France ; Maire

... Lire [+]

V

- n° 125 - 4 p.

En septembre 2005, 37 400 élèves et étudiants se répartissaient dans des formations initiales techniques et professionnelles en environnement, pour les diplômes allant du CAP à la licence professionnelle. En huit ans, les inscrits en dernière année de ces formations ont crû de 18%, contre 4% pour l'ensemble des formations. Les domaines de l'aménagement du territoire et de la nature sont très attractifs, mais les effectifs en protection de la nature semblent en surabondance au regard des emplois disponibles sur le marché du travail.[IFEN]
En septembre 2005, 37 400 élèves et étudiants se répartissaient dans des formations initiales techniques et professionnelles en environnement, pour les diplômes allant du CAP à la licence professionnelle. En huit ans, les inscrits en dernière année de ces formations ont crû de 18%, contre 4% pour l'ensemble des formations. Les domaines de l'aménagement du territoire et de la nature sont très attractifs, mais les effectifs en protection de la ...

EMPLOI ; FORMATION INITIALE ; Environnement

... Lire [+]

V

- n° 107 - 4

Les métiers de l'environnement ne sont pas épargnés par la dégradation du marché du travail touchant l'économie française. Les six métiers "environnement" identifiés dans la nomenclature de l'ANPE ont vu globalement leurs demandes d'emploi augmenter de 60% entre 2001 et 2004, plus vite que la moyenne nationale. Pourtant, les activités économiques liées à l'environnement se développent rapidement. Le nombre d'offres d'emploi enregistrées par l'ANPE pour ces six métiers "environnement" a crû au taux moyen annuel de 16,4% entre 1997 et 2004, contre 2,9% pour la moyenne des offres enregistrées au niveau national. Les métiers de l'environnement ne souffrent pas d'une atonie de la création d'emplois mais bien d'une augmentation des demandeurs d'emploi, due en particulier à l'arrivée sur le marché de l'emploi de jeunes sortant de formation. [Résumé IFEN]
Les métiers de l'environnement ne sont pas épargnés par la dégradation du marché du travail touchant l'économie française. Les six métiers "environnement" identifiés dans la nomenclature de l'ANPE ont vu globalement leurs demandes d'emploi augmenter de 60% entre 2001 et 2004, plus vite que la moyenne nationale. Pourtant, les activités économiques liées à l'environnement se développent rapidement. Le nombre d'offres d'emploi enregistrées par ...

EMPLOI ; FORMATION CONTINUE

... Lire [+]

V

- n° 108 - 4 p.

Le développement des biocarburants présente des avantages pour l'environnement à condition de choisir les filières de production les plus éco-efficaces et de respecter des pratiques culturales plus écologiques. Leur utilisation est restée jusqu'à présent modeste car leur coût de production est plus élevé que celui de l'essence ou du gazole. Mais ce surcoût s'amenuise avec la montée du cours du pétrole. Actuellement, la part de biocarburants vendus en mélange avec l'essence ou le gazole est de 0,83 % alors que les objectifs européens à atteindre sont de 2 % fin 2005 et de 5,75 % en 2010.
Le développement des biocarburants présente des avantages pour l'environnement à condition de choisir les filières de production les plus éco-efficaces et de respecter des pratiques culturales plus écologiques. Leur utilisation est restée jusqu'à présent modeste car leur coût de production est plus élevé que celui de l'essence ou du gazole. Mais ce surcoût s'amenuise avec la montée du cours du pétrole. Actuellement, la part de biocarburants ...

Biocarburant ; DIOXYDE DE CARBONE ; Energie

... Lire [+]

V

- n° 121 - 4 p.

Les matières organiques du sol assurent de nombreuses fonctions environnementales. Elles constituent notamment un réservoir temporaire de carbone organique, pouvant agir comme source ou comme puits de carbone vis-à-vis de l'atmosphère. Les changements d'usage du sol et de pratiques agricoles influent sur l'évolution du stock de carbone des sols [Résumé IFEN]

Agriculture ; Bilan carbone

... Lire [+]

V

- n° 109 - 4

Les pratiques environnementales s'installent de plus en plus dans la vie quotidienne des Français. Le tri des déchets ou l'attention à la consommation d'électricité et d'eau sont désormais adoptés par une large majorité des ménages. L'achat de produits Bio, l'équipement en ampoules basse consommation ou l'attention à la quantité de déchets lors d'un achat sont moins pratiqués mais tendent à se répandre. Le degré d'adoption de gestes "verts" par les Français est fonction d'une certaine aisance sociale mais aussi de leur sensibilité à l'environnement. Cet état des lieux a été dressé à partir de l'enquête permanente sur les conditions de vie des ménages, réalisée par l'Insee en janvier 2005. [Résumé IFEN]
Les pratiques environnementales s'installent de plus en plus dans la vie quotidienne des Français. Le tri des déchets ou l'attention à la consommation d'électricité et d'eau sont désormais adoptés par une large majorité des ménages. L'achat de produits Bio, l'équipement en ampoules basse consommation ou l'attention à la quantité de déchets lors d'un achat sont moins pratiqués mais tendent à se répandre. Le degré d'adoption de gestes "verts" par ...

Consommation d'énergie ; Protection de l'environnement

... Lire [+]

V

- n° 113 - 4 p.

Le littoral métropolitain n'est pas stable. Un quart des côtes recule alors que seulement un dixième gagne des terres en mer. Malgré les nombreux ouvrages de défense contre la mer, ces proportions ne varient pas depuis vingt ans et l'ensemble du littoral est concerné. La mobilité des côtes est un phénomène naturel du fait des vagues, du vent, des courants et de la nature des côtes. Elle est cependant amplifiée par les activités humaines. Ainsi, les ports, les quais et les ouvrages de protection bouleversent fortement les courants marins et les transports de sédiments. Le recul des côtes entraîne des dépenses des communes touristiques concernées pour conserver leurs plages. Il peut aussi directement inquiéter les zones urbanisées, nombreuses sur le littoral, ou grignoter des espaces naturels à forte valeur patrimoniale. [Résumé IFEN]
Le littoral métropolitain n'est pas stable. Un quart des côtes recule alors que seulement un dixième gagne des terres en mer. Malgré les nombreux ouvrages de défense contre la mer, ces proportions ne varient pas depuis vingt ans et l'ensemble du littoral est concerné. La mobilité des côtes est un phénomène naturel du fait des vagues, du vent, des courants et de la nature des côtes. Elle est cependant amplifiée par les activités humaines. Ainsi, ...

LITTORAL ; Mer ; Protection de l'environnement

... Lire [+]

Mes paniers
Aucun panier créé

0


Z