Documents  SIMOS Jean | enregistrements trouvés : 2

O
     

-A +A

Sélection courante (0) : Tout sélectionner / Tout déselectionner

P Q


V

- n° Vol. 17, n°5 - pp. 467-480

L'évaluation d'impact sur la santé (EIS) du plan de développement de l'aéroport international de Genève (GA) était une revendication de l'Association transfrontalière des communes riveraines de l'aéroport (ATCR), à laquelle le gouvernement genevois a finalement concédé au début de l'été 2015. Après un appel d'offres international, un consortium d'experts, coordonné par l'Institut de santé globale de l'université de Genève et réunissant des institutions de recherche universitaires, des bureaux privés et le milieu associatif, a réalisé cette EIS d'octobre 2015 à octobre 2016. Son objectif était d'établir un chiffrage des effets actuels (état de référence 2014) et futurs (scénario 2030) de l'activité aéroportuaire.
L'évaluation d'impact sur la santé (EIS) du plan de développement de l'aéroport international de Genève (GA) était une revendication de l'Association transfrontalière des communes riveraines de l'aéroport (ATCR), à laquelle le gouvernement genevois a finalement concédé au début de l'été 2015. Après un appel d'offres international, un consortium d'experts, coordonné par l'Institut de santé globale de l'université de Genève et réunissant des ...

Evaluation du risque sanitaire ; Suisse ; Transport aérien ; Pollution de l'air ; Nuisance sonore

... Lire [+]

V

- n° Vol. 16 - n°1 - pp. 59-70

Cet article étudie les raisons de ce surprenant « paradoxe de la santé environnementale ». Les données utilisées pour cette recherche proviennent d'interviews menées en Suisse, en Allemagne et en Belgique auprès d'experts des politiques publiques de santé environnementale, ainsi que d'une enquête réalisée par le Centre environnement et santé de l'OMS-Europe à Bonn auprès des États membres de la région. Les résultats de notre étude montrent que les principaux obstacles auxquels les politiques publiques de santé environnementale font face dans ces trois États proviennent de leur manque de reconnaissance politique au niveau national, notamment vis-à-vis du concept de développement durable, de leur confinement à des mesures d'encouragement de la recherche scientifique, limitant leur capacité à atteindre des acteurs situés en dehors de « communautés épistémiques » spécifiques, et de l'absence de systèmes d'indicateurs en mesure d'évaluer de façon satisfaisante les enjeux de santé environnementale et les résultats des politiques mises en oeuvre. Ces résultats, confrontés aussi aux expériences autrichienne et française en la matière, fournissent une explication des difficultés rencontrées par un champ de politique publique relativement nouveau et mettent en exergue des limites auxquelles font couramment face des politiques publiques complexes et intersectorielles.
Cet article étudie les raisons de ce surprenant « paradoxe de la santé environnementale ». Les données utilisées pour cette recherche proviennent d'interviews menées en Suisse, en Allemagne et en Belgique auprès d'experts des politiques publiques de santé environnementale, ainsi que d'une enquête réalisée par le Centre environnement et santé de l'OMS-Europe à Bonn auprès des États membres de la région. Les résultats de notre étude montrent que ...

Suisse ; Allemagne ; Belgique ; France ; Politique de santé

... Lire [+]

Mes paniers
Aucun panier créé

0


Z